Prologue de l’Evangile de Jean

Voici un site où l’on dispose de tous les outils pour l’étude philologique de la Bible (grec, latin, hébreu):

http://www.lexilogos.com/bible_hebreu_grec.htm

Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος. Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 1 2 οὗτος ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸς τὸν θεόν. Elle était au commencement avec Dieu. 2 3 πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶς αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἕν. ὃ γέγονεν Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 3 4 ἐν αὐτῷ ζωὴ ἦν, καὶ ἡ ζωὴ ἦν τὸ φῶς τῶν ἀνθρώπων· En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 4 5 καὶ τὸ φῶς ἐν τῇ σκοτίᾳ φαίνει, καὶ ἡ σκοτία αὐτὸ οὐ κατέλαβεν. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. 5 6 Ἐγένετο ἄνθρωπος ἀπεσταλμένος παρὰ θεοῦ, ὄνομα αὐτῷ Ἰωάννης· Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. 6 7 οὗτος ἦλθεν εἰς μαρτυρίαν, ἵνα μαρτυρήσῃ περὶ τοῦ φωτός, ἵνα πάντες πιστεύσωσιν δι’ αὐτοῦ. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 7 8 οὐκ ἦν ἐκεῖνος τὸ φῶς, ἀλλ’ ἵνα μαρτυρήσῃ περὶ τοῦ φωτός. Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. 8 9 Ἦν τὸ φῶς τὸ ἀληθινόν, ὃ φωτίζει πάντα ἄνθρωπον, ἐρχόμενον εἰς τὸν κόσμον. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 9 10 ἐν τῷ κόσμῳ ἦν, καὶ ὁ κόσμος δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ ὁ κόσμος αὐτὸν οὐκ ἔγνω. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. 10 11 εἰς τὰ ἴδια ἦλθεν, καὶ οἱ ἴδιοι αὐτὸν οὐ παρέλαβον. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. 11 12 ὅσοι δὲ ἔλαβον αὐτόν, ἔδωκεν αὐτοῖς ἐξουσίαν τέκνα θεοῦ γενέσθαι, τοῖς πιστεύουσιν εἰς τὸ ὄνομα αὐτοῦ, Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, 12 13 οἳ οὐκ ἐξ αἱμάτων οὐδὲ ἐκ θελήματος σαρκὸς οὐδὲ ἐκ θελήματος ἀνδρὸς ἀλλ’ ἐκ θεοῦ ἐγεννήθησαν. non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. 13 14 Καὶ ὁ λόγος σὰρξ ἐγένετο καὶ ἐσκήνωσεν ἐν ἡμῖν, καὶ ἐθεασάμεθα τὴν δόξαν αὐτοῦ, δόξαν ὡς μονογενοῦς παρὰ πατρός, πλήρης χάριτος καὶ ἀληθείας. Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. 14 15 Ἰωάννης μαρτυρεῖ περὶ αὐτοῦ καὶ κέκραγεν λέγων, Οὗτος ἦν ὃν εἶπον, Ὁ ὀπίσω μου ἐρχόμενος ἔμπροσθέν μου γέγονεν, ὅτι πρῶτός μου ἦν. Jean lui a rendu témoignage, et s’est écrié : C’est celui dont j’ai dit : Celui qui vient après moi m’a précédé, car il était avant moi. 15 16 ὅτι ἐκ τοῦ πληρώματος αὐτοῦ ἡμεῖς πάντες ἐλάβομεν, καὶ χάριν ἀντὶ χάριτος· Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ; 16 17 ὅτι ὁ νόμος διὰ Μωϋσέως ἐδόθη, ἡ χάρις καὶ ἡ ἀλήθεια διὰ Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐγένετο. car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. 17 18 θεὸν οὐδεὶς ἑώρακεν πώποτε· μονογενὴς θεὸς ὁ ὢν εἰς τὸν κόλπον τοῦ πατρὸς ἐκεῖνος ἐξηγήσατο. Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.

La traduction Louis Segond s’avère problématique….

Ce texte admirable est entièrement philosophique, et c’est pourquoi les philosophes l’ont tant commenté… mais nous voulons ici repartir à zéro, et relire les textes avec nos propres forces de connaissance, ce qui veut dire de connaissance méditative…

les mots ἀρχῇ  et  λόγος sont absolument intraduisibles, en tout cas pas par commencement et parole; une traduction meilleure serait :

Dans le Principe était le LOGOS

ἀρχῇ = Principe correspond aussi au premier terme de la Torah :  בְּרֵאשִׁית  (Be reschit) qui veut dire aussi « dans le Principe »

Ce n’est pas un « commencement » (temporel) ni une « origine », mais plutôt ce que Plotin appelle « Le Premier »

Le Principe est le thème de toute la première partie du livre de Maxence CARON : « La Vérité captive » qui est une véritable « nouvelle naissance » de la philosophie, qui reprend et amplifie , en lui donnant son essence véritable, le thème de la différence ontologique (entre Etre et étant) qui devient chez lui : la pensée de la Différence fondamentale….c’est à dire en fait la « dimension » où se déploie la pensée, toute pensée…

Signalons que le Coran, et c’est là la meilleure preuve de sa nullité (du point d vue métaphysique et philosophique) commence par bismi’llâh : « dans le nom d’Allah » ou « au nom d’Allah » : le Principe a disparu, ainsi que le LOGOS..

Nous avons donc trois termes :  λόγος   ἀρχῇ  et  θεὸς…traduisant trois « aspects » différents de la réalité métaphysique principielle

les deux autres termes grecs cruciaux des cinq premiers versets sont :  ζωὴ traduit par « vie » mai il ne ‘agit pas de la vie biologique, sinon nous aurions le mot « BIOS »

et φῶς = Lumière

ainsi que : ἐγένετο : le devenir, ce qui est devenu, ce qui a été fait, le transitif, le fluent (Héraclite)

Selon Maxence CARON la « mauvaise tendance » de la misosophie  contemporaine est d’accordr la prédominance au devenir, au transitif, sur l’Etre

la racine grecque γν est à la base du verbe « devenir » aussi bien que du verbe « connaître »

Ceci correspond à l’hébreu, ou la même racine YADA correspond à « connaître » et à « avoir rapport sexuel », donc à « donner naissance », ou devenir…

là encore, l’arabe a totalement perdu cela…

Nous avons donc deux aspects : l’Etre et  lUN, le Principe, le Premier, l’aspect métaphysique,  correspondant aux deux premiers versets , et le DEVENIR, le cosmologique : ce qui est devenu, ce qui a été fait

Le texte insiste pour affirmer que TOUT ce qui est « devenu » n’a pu « devenir » que PAR, grâce, selon le VERBE, le LOGOS, et il ajoute :  

« et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans le LOGOS. »

L’Evangile affirme donc la prééminence absolue de l’ETRE, et de l’UN, du PRINCIPE, sur le devenir, le fluent, le transitif…

Publicités
Cet article a été publié dans philosophie chrétienne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s